À Marseille, l'Occupation recommencée

À Marseille, l'Occupation recommencée

En transposant de nos jours un roman allemand se déroulant dans la France occupée, Christian Petzold réussit un film étrange et mélancolique.

deuxième adaptation du roman publié en 1944 par Anna Seghers (après celle de René Allio en 1991), Transit de Christian Petzold marque d'emblée par un choix : celui de déplacer l'intrigue du livre de 1940 à nos jours sans en modifier substantiellement le déroulement. Soit un résistant allemand aux abois dans une France sous occupation nazie, cherchant à Marseille le moyen de s'enfuir aux États-Unis alors que l'armée d'occupation se rapproche un peu plus chaque jour. Flagrant, l'anachronisme est aussi particulièrement puissant : en fondant tout son film sur une résurgence, le cinéaste continue de travailler sur le flux et le reflux des images et des motifs après le beau Phoenix, dans lequel une femme revenait des camps de concentration avec un nouveau visage.

Tout est affaire de réminiscences dans Transit. Dans leur sillage surgissent deux questions : comment refont-elles surface et peut-on ou doit-on chercher à nous en libérer ? Cela donne ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon