À l'ombre des salles obscures

À l'ombre des salles obscures

Dossier Simenon

Nombre de réalisateurs se sont cassé les dents en adaptant Simenon. D’autres, en s’en émancipant, ont signé des chefs-d’oeuvre. Panorama depuis 1970.

Par Jean-Marie Samocki

Les adaptations de Simenon au cinéma ont suivi assez vite et très régulièrement la publication de ses romans. Puis la télévision a pris le relais, pour la série des Maigret (incarné par Jean Richard, Bruno Cremer et depuis 2016 en Grande-Bretagne par Rowan Atkinson), mais aussi pour ses romans « durs ». À partir du début des années 1970 (c'est-à-dire le moment où Simenon, par ailleurs si associé aux années 1950, arrête le genre romanesque), les adaptations cinématographiques se sont faites plus rares - mais non moins passionnantes. À travers elles se distinguent diverses lectures, divers usages contemporains de l'écrivain.

Premier registre : des films très classiques, qui trouvent chez Simenon des intrigues solides, fondées sur des duels psychologiques intenses. Leurs réalisateurs savent mettre en valeur des acteurs qui associent une présence impressionnante à une dimension tragique. Ainsi, entre 1971 et 1982, Simone Signoret tournera avec Jean Gabin dans Le Chat, a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes