À l'enseigne des désirs

À l'enseigne des désirs

Au rayon des viandes et volailles,la femme plaquée se défie de tout,des hommes et des étiquettes.

Dans Mon âge, son précédent roman, Fabienne Jacob vantait l'hypermarché comme un de ces lieux sans temporalité où le corps délivré des ans peut flotter à son aise. Mais, au rayon des viandes et volailles où s'ouvre son nouveau livre, cette douce apesanteur a pris du plomb dans l'aile. Pour la narratrice tout juste plaquée, l'heure est à l'examen des étiquettes, par défiance à tout ce qui désormais « entre en elle », hommes et aliments. Quant au bellâtre qui semblait sur le point de l'aborder, le voici qui renonce devant les étals réfrigérés... Le monde se serait-il « pasteurisé » ? De ce soupçon découle un libre itinéraire entre souvenirs et anecdotes, en quête de toutes ces occasions où camarades, passants, professeurs, amants suivent, apostrophent ou entreprennent des femmes sur un mode plus ou moins convenu et avenant.

Le charme du texte tient à ce souple coq-à-l'âne qui, ancré dans l'expérience sensible, épouse le flux de la pensée et sème, chemin faisant, une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine