À l'ami qui n'a pas sauvé sa vie

À l'ami qui n'a pas sauvé sa vie

Ils partageaient le goût de la mélancolie et la pratique d'un art conceptuel radical. Récit en miroir en hommage à Édouard Levé, suicidé en 2007.

Forçats de l'oeil avant tout, et des idées. Forçats d'un art conceptuel à l'ère du postmodernisme, celui qui faisait rêver deux grands enfants bourgeois installés dans le Nord parisien et qui les a conduits de l'art plastique à l'écriture. Bruno Gibert a rencontré Édouard Levé dans le quartier des Batignolles, où les deux jeunes artistes vivaient dans les années 1990. Restes de ce monde où les parents sont vouvoyés : des reliques dans l'appartement de Levé - « quelques portraits peints, une tête de mort, des animaux empaillés, [...] un fusil de chasse, [...] des verres en cristal » - qui incarnent « à merveille les résidus d'un temps révolu », ainsi qu'une sombre mélancolie.

Bruno Gibert, devenu écrivain auteur-illustrateur pour la jeunesse, se souvient de ces années de construction artistique - un peu à la Perec mais surtout dans la lignée de l'esthétique de la liste qui caractérise le travail d'Édouard Levé - et retrace deux parcours imbriqués avant que ce dernier, à la so ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes