À la rencontre des héroïnes stendhaliennes

À la rencontre des héroïnes stendhaliennes

Vanina Vanini, nouvelle publiée en 1829 au début de la carrière de romancier de Stendhal, dans La Revue de Paris, raconte l'histoire d'une ravissante princesse romaine de dix-neuf ans. Après avoir refusé tous les prétendants qu'on lui propose, Vanina se prend d'un amour fou pour un jeune carbonaro échappé de prison, Pietro Missirilli. Celui-ci l'aime en retour, mais il choisit de se consacrer à son combat politique clandestin plutôt que de l'épouser. Vanina, ne supportant pas cet éloignement, dénonce tous les compagnons de son amant. La première véritable héroïne stendhalienne est donc une traîtresse ! Cela ne l'avance à rien : Pietro se rend, et elle doit, pour éviter son exécution, accepter le mariage avec un soupirant insipide auquel elle peut soutirer des informations. Lors d'une entrevue en prison, elle ne peut que constater la froideur de Missirilli : « furieuse », elle lui avoue sa trahison, et il « cherche à l'assommer avec ses chaînes »... On a souve ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard