À la gauche du pire

À la gauche du pire

En politique, la gauche n'est pas toujours adroite, mais la droite est souvent gauche. Les mots se jouent des idées, de la politique et de nous tous. Ils s'en jouent, et surtout ils s'en moquent.

Pourquoi, en 1789, les royalistes se placèrent-ils à la droite du père, je veux dire du président de l'Assemblée, et les partisans de la révolution à sa gauche ? Sans doute par ordre des préséances ; les historiens doivent le savoir.

La gauche et la droite partagent l'espace humain et sont, autant l'une que l'autre, nécessaires à l'orientation du bipède pensant, comme à celle d'autres animaux. Mais les mots qui distinguent le côté du coeur de l'autre ne sont pas égaux. Droite est venu tout droit, selon sa nature, du latin ; gauche est d'origine plus mystérieuse, soit germanique, soit désignant en latin la patte folle, le côté tordu, de traviole. Ce n'est pas une affaire seulement française : en espagnol, derecha est honnêtement latin, alors que izquierda, « la gauche », est basque ; en italien, c'est pire, la gauche est sinistra. On dirait que la gauche vient des minorités, des étrangers, ou qu'elle est de mauvais augure. Gare aux ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine