Doris Lessing : « Ce que vous écrivez porte votre vérité »

Doris Lessing : « Ce que vous écrivez porte votre vérité »

À 88 ans, la romancière britannique, prix Nobel de littérature 2007, est lasse des malentendus dont elle fait trop souvent l'objet. De ses méthodes de travail à ses convictions politiques, l'auteur du Carnet d'or s'explique.

Le prix Nobel a-t-il changé quelque chose dans votre vie ?

Doris Lessing. Non, rien. Ou plutôt si : je n'ai plus travaillé depuis que je l'ai obtenu. Je l'ai eu en novembre, l'année dernière, et je n'ai pas pu me rendre à Stockholm pour le recevoir à cause de problèmes de santé. J'ai envoyé ma fille et mes petits-enfants pour le recevoir à ma place. Moi, je suis restée ici et, depuis, je ne fais rien. Je pose pour des photos et je réponds aux questions des journalistes. Je dois m'occuper de la maison, de mon fils. En ce moment, si j'ai deux heures par semaine à moi, je suis très contente.

Quel est votre rythme habituel d'écriture ?

Il y a eu différentes périodes dans ma vie. Il fut un temps où j'écrivais tous les jours. J'écrivais de huit heures à midi puis de nouveau en fin d'après-midi, mais c'était il y a longtemps.

Pensez-vous que ce prix va changer quelque chose dans votre façon d'écrire ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes