« Vous est-il arrivé de faire suivre quelqu'un ? »

« Vous est-il arrivé de faire suivre quelqu'un ? »

Ceci est la première d'une série de lettres et de télégrammes envoyés à Albert Nahmias, chargé par Proust de se lancer sur les traces de son chauffeur-secrétaire Alfred Agostinelli, pour qui il a une grande passion et qui vient de s'enfuir sur la Côte d'Azur. Cet épisode nourrira la fuite d'Albertine dans La Recherche ; le narrateur, jaloux, songe à s'adresser à une agence de renseignements pour faire suivre celle qu'il croit infidèle.

Excusez-moi de vous poser une question étrange qui, inopinément, représente pour moi un grand service. Vous est-il jamais arrivé, pour une raison q.q. conque, de faire suivre quelqu'un, et si oui, avez-vous gardé des adresses de policiers, ou contact avec eux ? J'ai mille fois reçu des adresses de ce genre mais ne croyant pas en avoir jamais besoin, je les ai toujours jetées et ne sais ce qu'elles sont devenues. D'autre part je pourrais en trouver dans un annuaire mais ne sais si elles sont les bonnes, car il doit y avoir là comme dans tout du bon et du mauvais. Vous seriez bien gentil de penser à cela, c'est très pressé et si vous le pouvez téléphonez-moi vers 6 heures [...].

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé