« VOLONTÉ DE PUISSANCE »

« VOLONTÉ DE PUISSANCE »

La volonté est traditionnellement appréciée comme la faculté de déterminer ses actions de manière libre et réfléchie, apanage de l'être humain au même titre que la conscience. Or les uns comme les autres ne représentent qu'une part infime du jeu conflictuel et souterrain de nos instincts corporels. Plus encore, ce n'est que lorsque les interactions dynamiques déployées par ces pulsions infra-conscientes s'agencent selon des configurations particulières, et que s'y associe un sentiment physique de plaisir et d'accomplissement, qu'émerge ce que nous saisissons grossièrement comme « volonté » ou encore « conscience », à la manière d'un chef de guerre s'arrogeant la victoire de ses troupes. Nietzsche emploie ainsi l'expression imagée « volonté de puissance » afin de décrire la logique conflictuelle de la vie pulsionnelle : certains affects, en s'emparant et en s'assimilant d'autres, en les hiérarchisant et leur donnant une certaine organisation, accroissent leurs forces comme leurs sati ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine