« On vit avec des gens qu'on ne connaît pas »

« On vit avec des gens qu'on ne connaît pas »

L'auteur italien de Chaos calme a mis vingt ans à boucler Terrain vague, roman de jeunesse entamé surla machine à écrire de Pasolini et sous l'égide de Hugo.

On a longtemps comparé Chaos calme, roman paru il y a maintenant deux ans chez Grasset prix Strega 2006 et prix Femina étranger 2008, au Baron perché d'Italo Calvino ; pourtant, ce n'est pas chez son célèbre compatriote que Sandro Veronesi a appris à aimer la littérature, mais en compagnie de Dostoïevski. À 51 ans, le Toscan en parle comme d'un « choc fondamental ». Son autre « religion en littérature » l'expression est de Zola n'est autre que Victor Hugo. C'est chez le commandeur des lettres françaises, et surtout dans Notre-Dame de Paris, que cet architecte de formation a compris l'importance de préserver les monuments, de sauver le patrimoine. Terrain vague, qui vient de sortir en France après une longue maturation, croise les destins d'un vagabond et d'un prêtre illuminé, au coeur des années 1960, dans une banlieue ressemblant beaucoup à celle qui a vu naître Veronesi.

Parlez-moi de Prato, la ville de votre enfance ?

Sandro Veronesi. Mes parents so ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine