« Une sédimentationde l'inacceptable »

« Une sédimentationde l'inacceptable »

Sur fond d'inégalités criantes, l'appauvrissement du langage et l'accoutumance à la violence libèrent les pulsions de mort. État des lieux à deux voix avec un philosophe et une psychanalyste.

Nous avons assisté à de nombreuses manifestations de violence depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Les garde-fous régulant les pulsions haineuses ont-ils sauté ?

Hélène L'Heuillet. - La levée du refoulement de la haine ne date pas de ce mouvement. Tous les discours qui circulent actuellement favorisent son expression. Elle est considérée comme bienvenue, comme accompagnant l'intelligence, elle dicte un certain ton sarcastique actuellement apprécié. En revanche, la coalition, au sein du mouvement, entre la France des Lumières et celle des anti-Lumières - la France contre-révolutionnaire de la haine - me semble inédite. Chez les gilets jaunes, il y a à la fois des leaders racistes, antisémites, qui profèrent des insultes, et des références à la Révolution française, aux cahiers de doléances, à la souveraineté populaire, etc. Les deux aspects peuvent prendre une forme haineuse, à ceci près que la haine des anti-Lumières est profonde ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine