« Une écriture hors la loi, hors la vie »

« Une écriture hors la loi, hors la vie »

Avec Hors la loi, René Belletto signe un ouvrage fascinant dont le héros, Luis Archer, se lance sur la piste - semée de cadavres - de la belle Clara. Roman noir mâtiné de science-fiction, ce texte complexe et pourtant fluide, où chaque détail fait signe et sens, est tout autant une interrogation sur le hasard et la destinée qu'une histoire d'amour hantée par le mal, un mal insituable et aux formes multiples, qu'il s'agisse de la très satanique date du 6 juin 1966 ou des morts tragiques qui ponctuent la quête du narrateur.

Pourquoi avoir intitulé votre texte Hors la loi ?

René Belletto. D'abord, simplement, parce que le « héros » de l'histoire est amené à agir dans l'illégalité, à être mêlé de plus en plus à des meurtres, à des enlèvements. Puis une association s'est imposée aussitôt dans mon esprit entre « hors la loi » et « hors la vie », hors la loi de la vie, cette loi qui fait que les choses un corps humain, le mouvement des planètes, un tableau, un morceau de mu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine