« Un roman en cours, c'est un coupable idéal »

« Un roman en cours, c'est un coupable idéal »

Écrire, c'est faire un bond hors du rang des meurtriers », pense Kafka. C'est « démontrer son existence », ajoute Bertrand Leclair. En attendant celui qui s'emparera de la formidable affaire Viguier, le romancier, sous le patronage de Truman Capote ou de Jean Meckert, rouvre quant à lui un dossier oublié : celui de « l'invraisemblable histoire de Georges Pessant ». Reconnu coupable le 7 février 1962 d'une série de trois crimes abominables, parmi sept dont il était accusé, tous commis dans la région d'Armentières, il fut condamné à mort et exécuté. L'auteur, qui évoquait cette affaire dans plusieurs de ses précédents livres, ne cache pas qu'il est intimement convaincu de l'innocence de Georges Pessant, bibliothécaire vieux garçon, introverti et asocial, inculpé à partir d'aveux extorqués et sur la foi d'un curieux journal intime tenu en prison. Mais Georges Pessant est attaqué malgré tout. Car il ne s'est pas contenté de rédiger, à la suite des épuisantes reconstitutions auxquelles i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine