« Sortir de l'angle moral »

« Sortir de l'angle moral »

Enseigner la Shoah implique, au-delà du compassionnel, d'enrichir les connaissances historiques des élèves. Entretien avec le responsable des formations du Mémorial de la Shoah.

Votre livre part du constat que l'approche moralisante et victimaire actuelle de l'enseignement de la Shoah n'est pas la solution, voire qu'elle conduit à un échec. Qu'entendez-vous par là ?

Iannis Roder. - Cette approche n'est pas simplement celle de l'enseignement, c'est aussi un discours public. L'enseignement de la Shoah a progressé mais est encore souvent brandi comme un antidote, un rempart contre le retour de la bête immonde. On a pensé, notamment au moment de la percée du FN dans les années 1980, que la bonne connaissance du crime commis contre les Juifs serait un médicament miracle contre la haine. Ce n'est pas le cas. Dans les cours, la Shoah a été et est encore souvent présentée comme l'exemple archétypal de ce à quoi peuvent mener le racisme et les discriminations quelles qu'elles soient. Cette approche morale joue beaucoup sur l'émotion, le compassionnel, mais n'explique pas et ne permet pas de comprendre les phénomènes et proc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes