« Sa douleurpour la Russie »

« Sa douleurpour la Russie »

Pour Yves Hamant, premier traducteur français de L'Archipel du Goulag, des contresens idéologiques pèsent toujours sur la réception de Soljenitsyne.

Dans quelles conditions avez-vous entamé la traduction de L'Archipel ?

Yves Hamant. - J'étais lié à son éditeur russe en France, Nikita Struve, du temps où Soljenitsyne était interdit de publication dans son pays. En 1973, il m'a fixé discrètement rendez-vous dans un café et m'a confié avoir reçu le microfilm d'un livre de l'écrivain, au titre mystérieux : L'Archipel du Goulag. Ce texte explosif sur les camps, Soljenitsyne le publiera le jour où il décidera de brûler ses vaisseaux. En attendant, l'éditeur me demande d'en préparer la traduction, dans un secret absolu. Les choses vont s'accélérer lorsque le KGB met la main sur le t ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !