« Sa douleurpour la Russie »

« Sa douleurpour la Russie »

Pour Yves Hamant, premier traducteur français de L'Archipel du Goulag, des contresens idéologiques pèsent toujours sur la réception de Soljenitsyne.

Dans quelles conditions avez-vous entamé la traduction de L'Archipel ?

Yves Hamant. - J'étais lié à son éditeur russe en France, Nikita Struve, du temps où Soljenitsyne était interdit de publication dans son pays. En 1973, il m'a fixé discrètement rendez-vous dans un café et m'a confié avoir reçu le microfilm d'un livre de l'écrivain, au titre mystérieux : L'Archipel du Goulag. Ce texte explosif sur les camps, Soljenitsyne le publiera le jour où il décidera de brûler ses vaisseaux. En attendant, l'éditeur me demande d'en préparer la traduction, dans un secret absolu. Les choses vont s'accélérer lorsque le KGB met la main sur le tapuscrit à Leningrad. Nikita Struve sort le premier volume du livre en russe à la fin de 1973. Simultanément, des bonnes feuilles paraissent en français dans L'Express et Le Monde, dans ma traduction.

Puis vous êtes entré directementen contact avec l'écrivain......

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes