« Prendre le monde en charge»

« Prendre le monde en charge»

François Taillandier

La Grande Intrigue , vaste suite romanesque en cinq tomes dont voici le quatrième avant la parution annoncée du cinquième à l’automne, s’affirme de volume en volume comme une entreprise majeure dans le paysage romanesque français. Que peut encore le roman, dans son « aspiration à prendre le monde en charge », comme il est dit à propos de Nicolas Rubien, le personnage d’architecte amoureux de sa cousine Louise, que l’on retrouve comme de vieux amis dans cette livraison ? Peut-être ceci : offrir une vision éclatée de notre monde de plus en plus opaque, où les connexions se font au gré de hasards et de cohérences aventureuses, pour tenter d’en recomposer un possible sens. Car, si « les romans vont où ils veulent », ils restent la voie royale, le genre majeur, par leur plasticité et leurs pouvoirs presque infinis de liberté formelle, à même d’assumer cette mission.

Et le roman de Taillandier va vraiment où il veut, avec bonheur. Satirique, digressif, formidablement l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine