« PHILOSOPHIE DE L'AVENIR »

« PHILOSOPHIE DE L'AVENIR »

Assumer l'héritage du nihilisme implique de définir à nouveaux frais la nature de l'activité philosophique comme le sens de sa mission, refonte d'autant plus nécessaire que la philosophie n'est désormais plus en mesure de se présenter comme une quête désintéressée et objective de la vérité. La mise en évidence nietzschéenne des préjugés, préférences inconscientes et systèmes de valeurs sous-jacents qui déterminent par avance la notion même de « vérité » ainsi que les modalités de sa recherche invalidant définitivement ce genre de prétention, c'est dorénavant à l'appréciation de ces valeurs elles-mêmes que doit se consacrer le philosophe. Car un système de valeurs, ou axiologie, n'est rien de moins que l'ensemble de croyances intériorisées, transmises de génération en génération par la reconduction constante d'interdits concrets, de sanctions corporelles et de gratifications symboliques qui, devenues inconscientes, fixent les conditions d'existence de même que le comportement d'un gr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon