« Nous manquons cruellement d'un rêve européen »

« Nous manquons cruellement d'un rêve européen »

L'auteur d'Utopies réalistes appelle à réenchanter l'Europe autour des idées de solidarité et de mixité.

L'optimisme qui entourait le projet européen dans les années 1990 et 2000 a peu à peu laissé place au pessimisme, voire au fatalisme. Pourquoi un tel désenchantement ?

Rutger Bregman. - Depuis qu'elle a été créée, l'Europe se fonde sur un système économique aujourd'hui démodé. Disons, pour le résumer, qu'il nous faut de la croissance, et c'est tout. Mais ce dont nous manquons cruellement, c'est d'un rêve européen. Nous ne savons même pas à quoi ressemble l'Europe en soi, ni ce qu'est réellement son identité. C'est en voyageant que l'on peut commencer à se sentir européen. On s'en rend compte en allant par exemple en Colombie, au Japon ou aux États-Unis. Ce sont des pays très différents dans leur manière de voir les choses. Mais, si vous allez en Espagne et que vous avez une discussion politique, il est beaucoup plus facile de se comprendre. En ce sens, je pense que mon livre est très européen. J'y parle beaucoup de la technocratie, de comment ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon