« Ne vous moquez pas ! » Le rêve d'une mythologie anglaise

« Ne vous moquez pas ! » Le rêve d'une mythologie anglaise

Probablement vers la fin de l'année 1951, Tolkien rédige une lettre remarquable d'environ 10 000 mots, dans laquelle il expose pour la première fois son projet littéraire dans son ensemble. Juste après la publication et le succès inattendu du Hobbit en 1937, Tolkien s'est engagé dans la rédaction d'un projet d'une ampleur qui dépasse toutes ses prévisions pour aboutir, douze ans plus tard, au manuscrit dactylographié du Seigneur des anneaux (1).

Le Hobbit, à l'origine l'une des histoires légères que Tolkien composait pour ses enfants, prend une ampleur considérable à mesure même qu'il est attiré, de façon irrésistible, vers les matières elfiques préexistantes. En 1931, dans une conférence par la suite intitulée « Un vice secret », Tolkien décrit pour la première fois publiquement son occupation secrète essentielle : l'invention de langues, par plaisir et par goût personnel. Et il évoque ce que cette longue pratique lui révèle comme sa contrepartie i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon