« L'histoire dort dans notre chair »

« L'histoire dort dans notre chair »

Avec Une prière pour Nacha, Frédéric Brun achève le cycle autobiographique commencé en 2007 dans Perla centré autour de sa mère, rescapée d'Auschwitz et continué dans Le Roman de Jean autour de son père, le parolier Jean Dréjac. Cette fois, c'est sa tante, Nacha, qui forme la figure centrale et le point de départ d'une quête intellectuelle et intime qui le mène en Pologne, sur les traces de l'émigration juive. L'ironie de sa tentative tient en ceci qu'il essaie de reconstituer l'itinéraire de Nacha et, partant, une partie du sien, de ce qui l'a fait devenir ce qu'il est au moment même où cette dernière s'enfonce dans la maladie d'Alzheimer, condamnée à se retrouver vierge de tout passé, comme une enfant. Histoire, mémoire, identité, judaïté, tels sont les sujets, graves, douloureux, qui sont au coeur de l'entreprise. Mais, comme dans ses deux précédents livres, Brun désamorce leur pesanteur grâce à un dispositif d'écriture à la fois sobre et élégant, qui emprunte à deux auteurs : Mo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard