« L'expression d'une double solitude »

« L'expression d'une double solitude »

Pour l'économiste, le gouvernement paie ses incohérencesbudgétaires et son aveuglement face aux disparités et aux clivages géographiques dont souffre le pays.

Que peut dire un économistedes gilets jaunes ?

Daniel Cohen. - Les gilets jaunes sont nés du croisement d'une souffrance sociale et d'une souffrance géographique. Mais ces deux souffrances sont intimement liées, car aujourd'hui la géographie est sociale. Les classes populaires ont quitté les centres-villes, pour des banlieues de plus en plus éloignées. Les enquêtes concernant le bien-être - lié à l'éducation, au revenu, au taux de chômage, etc. - montrent que, dans les communes rurales comme dans les grandes villes, les gens sont plutôt heureux ; mais, dans les communes entre 10 000 et 100 000 habitants, ils le sont moins. C'est un creux de mal-être, des lieux de relégation qui se désertifient, dont on a retiré des services publics, où le marché du travail est plus ou moins anémique. La densité sociale y est pauvre. Paradoxalement, on a plus d'amis dans les communes rurales que dans ces villes intermédiaires : dans un cas, tout le monde se co ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article