Laurent Joffrin : « Le génie français, c'est la liberté ! »

Laurent Joffrin : « Le génie français, c'est la liberté ! »

À l'opposé du repli identitaire de Zemmour, le directeur de Libération nous livre une histoire de France jubilatoire qui se nourrit de révoltes et d'indépendance. Entretien.

Le génie français, c'est ce qui fait la substance du Roman de la France ?

Laurent Joffrin. - C'est une idée, la France. Un patrimoine. Un héritage. Il y a des racines chrétiennes, mais ce qui fait sa force, c'est la liberté, première valeur du triptyque républicain. Je la raconte comme un roman, avec des personnages qui sont les produits de structures : économique, sociale, mentale... Les structures, c'est le décor. Si on ne parle que de ça, on s'ennuie à périr.

Où votre saga débute-t-elle ?

La France prend corps à Bouvines. Le royaume de France, c'est Philippe Auguste. Avant, ce n'est pas la France, même si elle existe comme telle dans la mythologie nationale. Par exemple, ce que l'on retient des Gaulois, c'est leur volonté d'être libres, mais pas libres dans le sens moderne (droits de l'homme, libertés publiques, etc.), même si chez les Gaulois il y avait certains éléments de pouvoir populaire ; ce q ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon