« La vie de chaque homme est un roman »

« La vie de chaque homme est un roman »

Entretien avec Simenon

Du journalisme au roman, de la Gazette de Liège aux Maigret, l'itinéraire de Georges Simenon a toujours été marqué par la recherche de l'homme nu. Reprise d'un entretien accordé au Magazine littéraire en décembre 1975.

Propos recueillis par Francis Lacassin

Vous avez débuté très jeune. Était-ce pour obéir à une attirance particulière ?

Georges Simenon. - Si j'ai fait du journalisme, c'est par hasard. [...]Je venais d'être flanqué à la porte de la librairie où j'étais commis depuis un mois. Je ne connaissais rien au journalisme. À cette époque, dans les familles, il n'y avait que le père qui lisait le journal. [...] Un jour, à la recherche d'un travail, je passe près de la place Saint-Lambert et je remarque l'enseigne Gazette de Liège. Je me présente au rédacteur en chef. Je portais pour la première fois des pantalons longs : on commençait à en porter seulement à 16 ans. Je demande si je peux entrer au journal comme reporter. Mon interlocuteur [...] était un monsieur très digne, barbu, avec un nez rouge, assez extraordinaire. Il me demande : « Qui êtes-vous ? - Je ne suis rien, j'ai simplement travaillé à la librairie Georges, rue de la Cathédrale, et je me suis fait mettre à la porte. - ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard