« La philosophie n'est pas là pour nous apaiser »

« La philosophie n'est pas là pour nous apaiser »

Née en 1974, agrégée de philo, Claire Marin raconte dans Hors de moi le calvaire d'une maladie incurable. Un premier roman remarquable, où l'émotion perce sous une pensée féroce et lucide.

De nombreux indices témoignent du caractère autobiographique de Hors de moi. Pourtant vous avez choisi de le présenter comme un roman. Pourquoi ?

Ce qui est romanesque dans ce récit, c'est le rythme, l'essoufflement de la narratrice, le manque de respiration. Une autobiographie aurait sans doute été plus lente et plus douce. La narratrice est sous l'emprise obsédante de la maladie, elle ne vit plus qu'en fonction de sa souffrance. C'est ce qui nous distingue. Et puis écrire un roman, c'était mettre à distance cette expérience, en faire un matériau malléable. C'était faire de la maladie un objet et ne plus être le sien.

« J'ai étudié consciencieusement la maladie d'un point de vue philosophique. Il me semble que ce que j'en ai lu ne m'a rien appris » écrivez-vous...

La p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes