« La notion de développement durable n'a plus aucun sens »

« La notion de développement durable n'a plus aucun sens »

Entretien avec le philosophe Dominique Bourg, spécialiste de la pensée écologique : selon lui, l'effondrement - sur lequel il n'a aucun doute - « n'est pas la fin du monde ».

La philosophie contemporaine prend-elle la mesure de la crise écologique ?

DOMINIQUE BOURG. Non, à quelques exceptions près, les philosophes sont peu informés de l'état matériel du monde, quand ils ne sont pas climatosceptiques. Toutes les ressources que l'on pouvait exploiter aisément l'ont été. Même le sable manque désormais... Au-delà des ressources, neuf critères ont été définis pour garantir un état du système Terre qui nous soit favorable. Sur ces neuf seuils, trois ne peuvent être chiffrés et quatre ont déjà été franchis. C'est très mal engagé. La philosophie contemporaine est encore très éloignée de ces enjeux. Des pensées fortes à ce propos existent néanmoins et proviennent d'horizons très différents, avec à chaque fois l'idée que c'est l'occasion d'intégralement repenser le monde. S'il a existé des précurseurs dès le XIXe siècle, l'enjeu de l'effondrement s'est seulement imposé à partir des années 2000 comme objet d'étude et de pens ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon