« LA CRÉATION DE TOUT UN PEUPLE »

« LA CRÉATION DE TOUT UN PEUPLE »

Pour Greil Marcus, ce ne sont pas les conditions sociales qui éclairent la chanson, mais l'inverse.

Dans votre livre, vous rapportez une phrase de Dylan expliquant que ses chansons « existent avant lui », dans l'air qu'il respire, et qu'il ne fait qu'en « prendre note », à la manière d'un simple « scripteur ». Est-ce, selon vous, particulier à la folk ou peut-on généraliser cette notation à la chanson en tant que genre ?

Greil Marcus. La folk music est un média démocratique, peut-être même le domaine aux États-Unis où l'ethos démocratique américain est le plus présent et actif, bien plus que dans le champ politique... Les paroles y migrent constamment d'un titre à l'autre, s'interpénètrent. C'est la création anonyme de tout un peuple. La notion d'« auteur » y est donc relative. En ce sens, les chansons de Bob Dylan sont bien, comme il le dit, moins écrites que « trouvées ». Mais c'est aussi le cas d'autres titres. Prenez « What'd I Say », de Ray Charles. Il l'a créé un soir de 1958 dans une boîte de nuit. Le publi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé