« Je l'ai écrit pour tous »

« Je l'ai écrit pour tous »

Tout le monde a trouvé et trouvera son compte dans les dédales des Misérables, ce Louvre du roman.Qui oserait, face aux misères d'aujourd'hui, un tel geste, à la fois populaire et radical, optimiste et nihiliste ?

curieux comme tant de lecteurs ont fait et font encore la fine bouche devant ce roman monstrueux, énorme, supérieur. Jean-Marc Hovasse y revient ici même (p. 95-97), comme dans sa passionnante biographie de Victor Hugo à laquelle je me permets de renvoyer. Rappelons tout de même qu'Alphonse de Lamartine émet des réserves - vous savez, celui dont charitablement Flaubert a dit un jour : il lui manque la couille. Barbey d'Aurevilly, qui, lui, n'en manque pas, revient plusieurs fois à la charge contre le roman. Charles Baudelaire publie un article laudateur et pénétrant, mais daube en privé sur le caractère édifiant de l'ouvrage. Quant à Flaubert, qui diffère la sortie de sa Salammbô pour que Les Misérables ne lui fassent pas d'ombre, il trouve que le grand homme a bien baissé. La palme de l'élégance revient comme d'habitude aux Goncourt : eux jugent que Victor Hugo n'est pas assez bien documenté sur la misère et la prostitution. Ils ajoutent cet argu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine