« Je jouis, Charlie »

« Je jouis, Charlie »

Le 7 janvier 2015, à Paris, au siège de Charlie Hebdo, journal satirique controversé, un meurtre crapuleux était commis, qui fit onze morts - avant que le compte ne s'alourdît encore au cours de la traque qui fut lancée contre les meurtriers. Quelques heures plus tard, Joachim Roncin, le directeur artistique du magazine Stylist, lança sur le réseau social Twitter un slogan de soutien qui, en à peine trois jours, fut repris par plus de cinq millions de personnes : « Je suis Charlie ». Le 11 janvier, toujours à Paris, une grande marche visant à affirmer certaines valeurs (comme la « liberté d'expression ») contre ce qui apparaissait comme les intentions liberticides des meurtriers rassembla quatre millions de Français. Entre-temps, les salles de rédaction de tous les journaux du monde ne cessèrent de bruisser, les intellectuels de multiplier les interprétations, et les individus de poster sur leur page Facebook des déclarations incendiaires et des souvenirs émus. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes