« J'ai voulu raconter l'histoire d'en haut »

« J'ai voulu raconter l'histoire d'en haut »

Juillet 1936. Dans la très huppée « Réserve » sise en bordure d'un lac des Adirondacks, la rencontre de l'artiste Jordan Groves et de Vanessa Cole, fille adoptive d'un neurochirurgien new-yorkais, va prendre une tournure inattendue... Tel est le point de départ de La Réserve, le dernier roman de Russell Banks, l'auteur de De beaux lendemains et d'American Darling.

Vous êtes passé d'une démarche sociologique à un récit presque cinématographique. Qu'est-ce qui vous a motivé ?

Simplement le matériau - personnages, thèmes, conflits, endroit, période, etc. - sur lequel je souhaitais écrire. J'ai voulu raconter l'histoire d'en haut, au propre comme au figuré, pour observer ces individus et leur monde à distance, tout en restant libre de plonger au plus profond des personnages. Ainsi le narrateur omniscient apparaît comme un dieu qui en sait plus que les autres. Qui voit le paysage du ciel. Qui sait ce qui se passe en Espagne un an après les événements de l'été 1936 au nord d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé