Entretien avec Ma Jian : « J'ai peur pour ces jeunes »

Entretien avec Ma Jian : « J'ai peur pour ces jeunes »

Pour cette figure de la littérature chinoise en exil, la jeunesse de son pays croit qu'une nation se mesure à son PIB et non à sa culture et à ses libertés.

Comment définiriez-vous la jeunesse chinoise actuelle ? Celle issue de la politique de l'enfant unique ?

Ma Jian. - C'est une « génération dépenses » : de riches prisonniers aveugles à leurs chaînes. Ils ont grandi dans un régime totalitaire qui les a privés d'un récit juste du passé, du droit d'exprimer des points de vue différents ou de contester l'autorité. Ils sont nés des chaînes aux pieds, mais ils y sont tellement habitués qu'ils ne les sentent plus s'enfoncer dans leur peau. Depuis le massacre de Tiananmen, le seul objectif qui leur a été fixé est de s'enrichir et d'aider la Chine à devenir une superpuissance économique. Il en résulte une génération qui croit que la valeur d'une vie humaine se mesure à l'argent accumulé et dépensé.

La politique de l'enfant unique a bien sûr eu un impact profond. La fratrie aide à tempérer l'ego et nourrit la compassion. Pendant trente-cinq ans, les enfants chinois ont grandi en croyant que le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon