« J'ai fait un polar anthropologique »

« J'ai fait un polar anthropologique »

Après L'Appât, l'écrivain signe un nouveau livre tiré d'un fait divers - ni enquête ni roman, peut-être les deux à la fois : Tout, tout de suite, qui s'attache à reconstituer scrupuleusement l'enlèvement, la séquestration et l'assassinat d'Ilan Halimi. L'occasion de se pencher sur une méthode d'enquête.

Après L'Appât en 1990, pourquoi revenir sur un fait divers ?

Morgan Sportès. Parce que les deux affaires sont symptomatiques d'un moment historique et de l'évolution d'un monde en pleine régression. Dans le premier, trois jeunes tuent par identification à une société du spectacle, par total manque de distance avec des clichés de culture de masse. Dans le deuxième, l'affaire dite du « gang des barbares », on voit agir, avec Youssouf Fofana, un pur produit de l'école française et de la télé de M. Le Lay à l'heure de la mondialisation (beaucoup de protagonistes viennent d'horizons géographiques variés, bien qu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon