« Il faut apprendre à danser dans les chaînes »

« Il faut apprendre à danser dans les chaînes »

Pour la première fois, une édition complète rend leur juste place aux poèmes de l'auteur de Zarathoustra, telle une basse continue qui scande toute son oeuvre philosophique.

Si, comme Nietzsche aimait à le répéter, les poètes mentent, les éditeurs aussi, parfois. Avant cette exceptionnelle édition bilingue des Poèmes complets, projet inédit que l'on doit à l'impeccable probité des Belles Lettres, la poésie de Nietzsche souffrait, en allemand comme en traduction, d'éditions lacunaires, arbitraires, voire mensongères : la poésie complète n'était pas complète, certains poèmes n'étaient pas des poèmes, certains poèmes de Nietzsche n'étaient pas de Nietzsche ! Même la grande édition de référence Colli-Montinari, en français chez Gallimard, n'a pas su rendre justice à l'oeuvre poétique. Pour un philosophe qui a suscité et suscite toujours une politique éditoriale hyperactive, le constat était affligeant. Mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté et le talent de Guillaume Métayer, traducteur de l'allemand et du hongrois, spécialiste des Lumières et de leur héritage, et - soulignons-le trois fois - poète lui-même. Il fallait une telle stature pour en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard