« ESPRIT LIBRE »

« ESPRIT LIBRE »

La liberté se définit moins comme l'absence de contraintes que par la capacité de se donner à soi-même sa propre loi. Nietzsche entend faire sienne cette considération avec la figure de « l'esprit libre », destinée à caractériser le philosophe nouveau. Or, si la liberté n'est assurément pas un état ou un donné mais quelque chose qui se conquiert, encore faut-il apprécier à sa juste mesure ce dont on s'est affranchi... ou s'imagine s'être affranchi. L'illusion qui berce ainsi les « libres esprits », libertins et autres révolutionnaires, tient à ce qu'ils ne se déterminent qu'à l'ombre de ce à quoi ils s'opposent (la religion, la morale, l'autorité politique, les us et coutumes en vigueur...) tout en y demeurant irrémédiablement attachés en raison même de cette opposition négatrice, et donc nihiliste - lorsqu'ils ne reconduisent pas avec candeur les opinions et préjugés de leurs temps (mystique de l'histoire, eschatologie, foi aveugle dans les sciences, égalitarisme...).

Deven ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine