« Du sang-froid, Monseigneur »

« Du sang-froid, Monseigneur »

Dans ces deux lettres inédites, Dumas livre, à la veille d'un duel, ses conseils au fils de Jérôme Bonaparte, le cadet de Napoléon, avec qui il s'était lié à Florence.

Lorsqu'en juin 1840 Dumas s'installe pour raisons économiques à Florence, la ville est un nid d'exilés, parmi lesquels se distinguent les Bonaparte, en particulier le prince de Montfort, c'est-à-dire Jérôme, « le dernier frère de Napoléon qui soit resté fidèle à Napoléon ». Le prince ouvre largement les portes de la villa de Quarto à l'écrivain et à Ida Ferrier, sa vieille maîtresse devenue son épouse légitime, qui font connaissance des enfants que le prince a eus de Catherine de Wurtemberg : la princesse Mathilde et Napoléon Joseph Charles Paul Bonaparte, dit le prince Napoléon. Ce dernier, âgé de 20 ans, après des études militaires à Ludwigsburg, rejoint son père à Florence en 1842. Dumas, séduit par ce jeune homme pour qui il commande « un fourniment de chasse pareil au sien », l'entraîne, à partir du 26 juin 1842, dans un court périple maritime qui les conduit à l'île d'Elbe, puis à l'île de Pianosa, d'où ils découvrent une île destinée à une grande fortune littéraire : l'île de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine