« Cher Dictionnaire »

« Cher Dictionnaire »

Deux activistes féministes écrivent une lettre ouverte à l'Académie française, demandant de rétablir l'accord de proximité et de considérer l'écriture inclusive, à l'heure où ces revendications correspondent à une révolte générale des femmes.

Allô ! Bonjour. L'Académie française ? Rebecca Amsellem. Je suis activiste féministe et j'aimerais savoir comment changer une règle de grammaire ? Une requête au service du dictionnaire ? C'est tout ? »

Nous nous regardons, ébahies par la simplicité de la démarche. Pour faire évoluer notre langue, agente d'un sexisme qui ne dit pas son nom, il suffirait d'envoyer une demande au service du dictionnaire de l'Académie française ? Militantes pour l'égalité des droits, rendre la langue plus égalitaire nous semble être un combat urgent et nécessaire. C'est pourquoi nous leur écrivons sans attendre :

« Cher service du dictionnaire,

« Imaginez un monde où, en présence de sa soeur, un petit garçon serait qualifié de "mignonnes". Un monde où, en classe, dix garçons en présence d'une fille seulement seraient jugés "bonnes élèves". Imaginez qu'ils deviennent avocates, chercheuses ou présidentes et que lorsqu'ils oseraient réclamer qu'on accole devant leurs titres un "Monsie ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article