« certaines notions coréennes n'ont aucun équivalent en français »

« certaines notions coréennes n'ont aucun équivalent en français »

Fonctionnant en binôme, comme la plupart des traducteurs du coréen, Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet ont transposé en français bien des romans de la péninsule. Ils forment aussi de jeunes traducteurs dans le cadre du LTI Korea, organisme public travaillant à la diffusion de la littérature sud-coréenne par-delà ses frontières.

Pourriez-vous résumer en quelques mots les principales spécificités de la langue coréenne ?

Le coréen est une langue non tonale (à la différence du chinois), qui s'écrit au moyen d'un alphabet (et non pas de caractères), le hangeul, inventé au milieu du XVe siècle. Les caractères chinois traditionnels ont longtemps été maintenus à l'écrit dans des textes en hangeul, notamment pour préciser le sens d'un mot ou éviter une confusion dans le cas d'homonymies, mais cet usage a complètement disparu aujourd'hui. Les caractères ne subsistent plus guère que pour transcrire (cérémonieusement !) les noms propres des pers on ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes