« Capote continue de m'accompagner »

« Capote continue de m'accompagner »

J'ai découvert Capote quand j'étais journaliste à Libération , où je faisais des enquêtes, et c'est la lecture de De sang-froid , vers 1989-1990, qui a motivé ma décision d'en partir - j'ai démissionné cinq ans après. Lisant Capote, je me disais : « Je veux faire ça », or les pages de Libé ne le permettaient pas. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai écrit Chair Mathilde , premier roman et dernier livre édité par Bernard Barrault en 1991. Je considère cependant que le livre est un relatif échec par rapport à l'entreprise de Truman Capote. Je m'étais intéressé aux crimes commis par Simone Weber, la « diabolique de Nancy 1 », et j'ai enquêté pendant un an sur elle. J'ai retrouvé tous les protagonistes de l'affaire, des témoins, sa soeur, j'ai accumulé les notes, et là je me suis rendu compte qu'il était vraiment difficile de faire parler des personnages réels. Je savais tout des faits mais je ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes