« Au fond, je n'aurai vécu que pour une idée fixe »

« Au fond, je n'aurai vécu que pour une idée fixe »

Extrait

Fille de Juifs russes émigrés ayant grandi en France, Nathalie Sarraute ne le savait que trop : fixer une identité - qu'elle soit russe, juive ou féminine - peut être un moyen de ségrégation et d'exclusion. Pour toutes ces raisons, une biographie ne pouvait que sembler nier son expérience personnelle et les convictions au fondement de son écriture.

Elle fut toujours intraitable sur ce point : si son écriture était fidèle à son expérience psychologique intérieure - où la vie se vit d'un instant à l'autre et où on ne saurait réduire l'individu à une seule identité -, jamais elle ne raconta dans son oeuvre les événements extérieurs de sa vie. « Je n'ai guère mis de scènes vécues par moi directement dans mes livres », disait-elle ; il lui arrivait de le répéter en termes encore plus nets : « Je n'ai jamais rien puisé dans ma vie, à part des bribes de sensations, rien dans la continuité. » Cela reste largement vrai jusqu'à la veille de son quatre-vingt-troisième anniversaire, quan ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes