« Allô Beauvau ? »

« Allô Beauvau ? »

Yeux crevés, mains arrachées... Malgré la violence des manifestations, l'arsenal policier pose question, jusqu'au sein des forces de l'ordre.

Un homme isolé vu de dos, face aux CRS : « Vous tirez hein ? C'est facile, hein ? Nous on n'a pas d'armes on n'a que des cailloux ! » La Haine s'ouvrait sur cette image documentaire. Le film culte avait à l'époque été inspiré par l'affaire Makomé M'Bowolé, un jeune homme de 17 ans tué d'une balle dans la tête par un policier lors de sa garde à vue dans le 18e arrondissement de Paris. La Haine scella dans les esprits une détestation réciproque entre la police et la jeunesse de banlieue : dix ans après, les cités prenaient feu après le décès de Zyed Benna et Bouna Traoré, alors qu'ils étaient poursuivis par des policiers à Clichy-sous-Bois. En 2016, la mort d'Adama Traoré dans une gendarmerie du Val-d'Oise, dans des conditions encore troubles, a suscité une nouvelle flambée d'indignation et la création du collectif Justice pour Adama. Celui-ci a participé à l'acte XII des gilets jaunes - qui défilaient pour dénoncer les violences policières. C'est tout un symbole : j ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article