« Égaliberté », devise européenne ?

« Égaliberté », devise européenne ?

Pour Étienne Balibar, l'Europe doit devenir le laboratoire de nouveaux équilibres entre conflit et institution.

Dans les années 1960, le philosophe Étienne Balibar participa à la tentative « structuraliste » de refondation du marxisme. Depuis les années 2000, l'un des enjeux de sa réflexion porte sur la constitution de l'espace européen comme lieu réel et symbolique où se joue l'avenir de la démocratie. Que deviennent ici les fondements de la citoyenneté, les formes et les moyens de la culture, le statut des frontières ? Autant de questions que pose le philosophe dans la perspective d'un réalisme cosmopolitique, où « l'Europe n'est pas une fin en soi, mais doit être reconnue comme instrument de transformation du cours de la mondialisation ». C'est dans ce projet d'articuler géopolitique et interrogations de la philosophie politique que Balibar propose aujourd'hui l'expression d'« égaliberté ». Ce mot valise, ce mot clé met au coeur de la citoyenneté moderne deux notions pourtant antinomiques de la pensée politique classique : l'égalité dont l'enjeu, collectif, est d'ordre économique et social ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon